DISCOGRAPHIE



   


Les Incontournables



                                          A tous seigneurs tous honneurs …    Armstrong , Ellington , Basie



                    LOUIS ARMSTRONG

                        Tout est bon, mais pour un éventail du génie du "roi du jazz", je vous propose :

                    1. Les séances des Hot Five et Hot Seven (1927-1930) en CBS/Masterpieces de préférence pour la qualité des reports

                    2. Les disques de la plénitude de la cinquantaine épanouie, des albums de légende avec son all stars ( tous chez Columbia
                    donc CBS donc Sony (?), souvent en série middle price du genre "I love jazz") : quatre albums indispensables :

                        "Ambassador Satch", "Plays Fats Waller", "Plays WC Handy", "At the Crescendo"

                    3. Enfin il faudrait être snob ou sourd pour mépriser les tubes mondiaux comme "Hello Dolly" MCA (GRP16 562)
                    ou diverses compilations du genre "best of" ou "les grands succès de"…avec Blueberry Hill et autres What a wonderful world.


   
                    EDWARD KENNEDY "DUKE" ELLINGTON

                        Rien de médiocre non plus chez ce musicien -compositeur -arrangeur qui jouait de son orchestre comme un peintre
              de sa palette avec des périodes - bleue,  verte ou rouge - très typées…

                  1. Pour une sélection de chefs d'œuvre de 1927-1929 (style "jungle" très inspiré de la musique de la Nouvelle Orléans qui est
              largement  représentée dans l'orchestre avec le trompettiste Bubber Miley, le trombone Joe Nanton ("tricky sam"), le bassiste Wellman
              Braud) jusqu'aux années 40 (avec les débuts de la collaboration du compositeur arrangeur Billy Strayhorn,et des musiciens
              de Génie comme Jimmy Blanton, Rex Stewart,  Ben Webster),  le double Cd Masters of Jazz(Média 7) R2 Cd 8005 est tout indiqué.
              Vous découvrirez, avec d'excellents titres, les différentes périodes et couleurs de l'orchestre et, si vous aimez, vous pouvez ensuite
              acheter des sessions complètes en offrant la compilation à vos petits enfants ou à vos amis pour faire de nouveaux disciples…
             
                  2. L'orchestre des années soixante
              avec Sam Woodyard à la batterie et un certain Paul Gonsalves au saxophone ténor est à tout prendre mon préféré (je ne suis pas
              le seul).
              Vous rejoindrez peut-être le club en écoutant: "Newport 1956" CBS Columbia 450 986 2 (avec l'extraordinaire solo
              (32 choruses) de Paul Gonsalves sur Diminuendo & crescendo in blue) ; mais aussi, moins  connus = "Newport 1958"
              toujours en columbia (468 436-2) avec Just scratchin the surface, et autres chefs-d'œuvre ; mais le premier à acheter est peut-être :

              "Piano in the background" (CBS Columbia Col 468 404 2) = tous les tubes de l'orchestre par la meilleure formation qu'ait
              eu Ellington, peut-être LE disque d' Ellington à garder sur l'île déserte et merveilleusement enregistré  une merveille à ne pas négliger =
              "Suite For New Orleans" ( le dernier enregistrement de Johnny Hodges, ajouter l'orgue de Wild Bill Davis… servez cru)
              (Cd Atlantic 781376-2) ;
              enfin un extraordinaire  bijou atypique datant de 1958 la "suite" Black Brown And beige" avec un Come Sunday à pleurer chanté
              par la reine du Gospel Mahalia Jackson (en Verve ou Sony ?),  j'ai la flemme de chercher le Cd, mais comme ils n'en ont fait qu'un,
              ce ne devrait pas poser de gros problèmes pour le dénicher).
              Mais aussi ne pas négliger cette curiosité, vraie réussite : le disque avec les grands orchestres du Duke ET de Count Basie " réunis = 
              "First Time", un disque de légende qui réunit les deux big bands :  CBS Columbia Col 450 509 2 (beaux arrangements
              et saine émulation)
   
                    3. Pour apprécier le "Duke" pianiste :
              Le voir en duo avec Ray Brown (cb) "This one for Blanton" (Pablo 98 850).
              En trio "Piano in the Foreground" (CBS Columbia Col 474 930 2) : très supérieur au disque très surestimé enregistré avec
              Mingus et Max Roach dans une ambiance détestable que curieusement  les "critiques" ne semblent pas découvrir à l'écoute).
              En petite formation avec J. Hodges et Harry Edison : Duke E. and Johnny Hodges Play the blues "Back to back" Verve 823 637-2
              (très chaudement recommandé : le disque à offrir à tout mélomane et auditeur curieux qui ne connaît pas le jazz ou qui croit que
              Texier/Jeannot/Humair en représentent la naissance et la quintessence)

   

                    WILLIAM "COUNT" BASIE

                        Pianiste, organiste, chef d'orchestre a dirigé, comme Duke Ellington, un grand orchestre pendant plus de 40 ans, et un big  band
              qui se signale par une rythmique sans égale (si ce n'est celle de Fats Waller : c'est tout dire) et d'immenses solistes à commencer
              par les saxophonistes (ils y sont tous passés même Coleman Hawkins le temps d'une mémorable séance)…

                    1. Une première approche à bon marché= Master of jazz / Média 7 un double  Cd rempli de chefs d'œuvre : R2Cd 8002.
              Le Basie's band des années soixante est au summum de sa forme dans les arrangements et les compositions de Benny Carter
              qui composent la "Kansas City Suite" = disques Roulette/vogue en France (diverses rééditions)
              de même pour "Atomic Basie" (avec"Lil'  Darlin").

                    2. Pour Basie pianiste écouter "For the First Time" en trio = Pablo Ca 800 98 800, et si vous avez aimé : n'oubliez pas la suite :
              "For the second time"…(Pablo toujours).
Discographie

Les Pianistes

                                         

                                            ... ne pas rater ces génies du claviers que furent :


                                  Garner, Tatum, Hines, Peterson, Buckner, Wilson, Wiggins, Harris, Bryant, Jamal, Waller, Hampton...

   


                        ERROLL GARNER "The essential" Columbia CK 57155, "Too marvelous for words"Emarcy842419-2 et toute réédition chez   
              Emarcy, Telarc(hives) - (2Lps sur un Cd) à commencer par Afternoon of an Elf, Caravan, Concert by the Sea, Campus Concert,   
              mythique Erroll  Garner trio "plays misty" (Fresh Sounds, FRSCD 158 ou label d'origine), et comme Garner n'a jamais raté
              un disque : vous voyez ce qui vous attend…



                    ART TATUM : le piano fait homme, l'idole d'Horowitz et Rachmaninov, Norman Granz l'a abondamment enregistré au
              début des années cinquante et tous ces enregistrements sont de purs chefs d'œuvre (attention musique moins facile d'accès
              que les autres : la virtuosité peut donner le change, mais quand on entre dans le charme fascinant de cette musique,
              on a du mal à en sortir).
              De gros coffrets Pablo (mais on peut acheter les Cds à l'unité !). En piano solo "Solo Masterpieces". Avec divers petits     
              Groupements comprenant  Benny Carter, Ben Webster,  Harry Edison, Lionel Hampton, BuddyRich…Small groups Masterpieces
              (commencer par le disque en trio avec Jo Jones et puis celui en quartet avec Ben Webster…me paraît une bonne solution)
              Pour un Tatum assez inattendu -en privé sur un super piano, suprêmement détendu et en solo- (il fredonne même le blues) :
              "20th century piano genius" double Verve Tatum discoveries 531 763 2.


                    Autre virtuose du clavier et géant du swing, idole de Samson François: EARL HINES . Commencer par solos ou trios des   
              années 1960-80 (en Black and Blue - "Hines'65" = l'un des meilleur ? =BB 908.2) mais les autres,en Black Lion, Pathé et pas mal de   
              labels US et japonais sont très bons aussi… Pour découvrir l'évolution et le côté révolutionnaire de son jeu voir Best of jazz 4047     
              (de 1927 à 1942), ne pas manquer les rééditions -quelles qu'elles soient si vous les trouvez-de ses cinq LPs enregistrés début des 
              années soixante-dix en Master Jazz (réédités en Swaggie et achetés par Chiaroscuro) et consacrés à d'immenses compositeurs
              comme Duke Ellington, Cole Porter… Pour découvrir Earl Hines dans un autre contexte (en quartet) voir avec Budd Johnson Black
              and Blue 882-2 ("To Bechet" avec le merveilleux "blues dirty old men") Enfin ne pas oublier que Earl Hines a dirigé un excellent   
              grand orchestre qui fut l'égal des plus grands à la fin des années trente/début quarante(en Classics par exemple)

                    Un autre pianiste vertigineux OSCAR PETERSON : le préférer en trio avec Ray Brown et Ed Thigpen dans les années 
              soixante. Par exemple dans deux disques de démonstration pour les "hifistes" = "We got requests" Verve PG/POL 873 et
              "Night Train" Verve PG/POL 899 (mais moins cher en 8217242)


                    L'inventeur d'un style original ("Block chords") MILTON BUCKNER en Cd21 bits (sic) chez MPS "Masterpieces" Cd 529 094 2
              (on trouve parfois le LP original "Play Chords" en Saba-MPS avec Jo Jones et Jimmy Woode : si vous avez une platine et une 
              cellule à la hauteur, le Cd même 20 bits qui montre alors toutes ses limites vous fera pleurer de rage !)



                    TEDDY WILSON géant du clavier trop méconnu a énormément enregistré (notamment avec Billie Holiday, Lester
              Young), jusqu'à la fin de sa vie, il a joué magnifiquement :la preuve = "Three Little words", en Black and Blue (distribution Night 
              & day) BB 869-2 (ND 215) et si vous trouvez les Verve japonais du même Teddy Wilson en trio avec Jo Jones à la batterie et Al 
              Lucas ou Gene Ramey à la basse, achetez tout pour vous et vos amis (qualité d'enregistrement sans égale)



                    GERRY WIGGINS : un pianiste à la science de l'harmonie si poussée qu'on oublie combien il swingue le bougre => 
              démonstration dans "the wig is here", Black and blue , BB 59 069.2 / MU 760 et ses différents trios dans des merveilles de petits 
              labels US rééditées en Fresh Sound par exemple.


                    Dans un genre beaucoup plus "tout pour le swing", très blues et très swingant, pour tout dire plus directement assimilable
              que Art Tatum :  GENE HARRIS (sous son nom ou celui de Ray Brown) en Concord Jazz, en Telarc, en Black Orpheus … c'est
              constamment bien… (pas d'urgence en revanche pour le big band qu'il dirige pour un fabricant de cigarettes…!!!).
              Voyez en détail le remarquable parcours de ce musicien dans la rubrique "Coups de Coeur". 
   

                    Deux pianistes qui se sont révélés dans les années cinquante dont les styles sont aussi différents qu'immédiatement identifiables



                    RAY BRYANT
              en solo ou trio beaucoup de très bons disques très blues, "groovy"et "churchy" (un peu de jargon pour vous acclimater) cf Jazz
              Connaisseur,  Prestige, Pablo (Montreux, All Blues…), Emarcy…Ne pas rater ce bijou paru sous le nom du batteur Jo Jones qui avait
              embauché les deux frères Bryant pour un trio devenu légendaire : "Jo Jones trio" (origine Everest) en Fresh Sound FSR-CD 40,
              pas davantage que le disque (désormais le batteur = Oliver Jackson) édité sous le titre "Standards" (Vogue"kaléïdoscope") merveille
              (production Bob Thiele) autrefois trouvable sous le titre "Now's the time" (labels divers). Enfin pensez au
              "live at Basin street east" (réédition sous la marque de Cds "collectable")


                    AHMAD JAMAL
              (Fitz Jones de son nom chrétien) autre génie du clavier natif de Pittsburg (comme Earl Hines, Mary-Lou Williams…) négligez les
              derniers disques(même s'ils sont souvent très réussis) pour le trio qui a fait exploser le piano jazz à la fin des années cinquante : en
              Chess, Cadet (réédités en Vogue français) les anciens Lps : Ahmad Jamal "at the Pershing", "at the Alhambra","at the Spotlite"
              enregistrés (et plus que bien) "live" dans les clubs du même nom avec Vernell Fournier à la batterie et Israel Crosby
              à la basse : de pures merveilles…



                  FATS WALLER
              Comment ne pas parler de pianiste formidable, fin et infiniment MUSICAL et entertainer (amuseur) sans égal : BMG / Bluebird réédite
              les chefs-d' œuvre (origine RCA) avec son orchestre en coffrets doubles ou triples :
              The early Years, the middle years, the last years (une imagination pareille c'est fou) :
              trois FOIS trois Cds dont vous ne sauriez vous passer…



                  Ne pas mépriser le "Boogie-Woogie" surtout quand il est joué par ses maîtres : Albert Ammons, Pete Johnson et Meade Lux
                  Lewis : une première approche avec les faces enregistrées par la radio à l'Hotel Shermann de Chicago en 1939 qui
                  permettent d'entendre les trois ensemble : Delmark CD 705 : "Albert Ammons : Boogie woogie stomp".



                  LIONEL HAMPTON
              Batteur, pianiste mais surtout vibraphoniste, musicien à l'inspiration intarissable, il est aussi inclassable qu'incontournable :
              se procurer d'urgence tous les chefs d'œuvre de 1937-1940 : petites sessions avec les meilleurs musiciens disponibles à New York
              (ils sont venus, ils sont tous là) souvent réédités et indispensables : Classics 524 et 534. LE concert du 4 août 1947 à Pasadena
              (Just Jazz) avec LE stardust du siècle qui vous permettra aussi d'entendre Charlie Shavers = c'est avec le Back to back (Duke
              Ellington et J. Hodges) un excellent moyen d'accrocher au train du jazz tous les réticents ou dégoûtés d'Albert Ayler et Sun Ra…
              et dans une discographie très riche, jeter une oreille au "Paris all Stars" enregistré à Paris avec un Bolling
              en culotte courte et un formidable Alix Combelle (Vogue74321 511502 de 1953).
Discographie

Les Guitaristes

             

                                          Des guitaristes



                    Sans oublier DJANGO REINHARDT que tous les Français connaissent, s'intéresser à CHARLIE CHRISTIAN qui meurt très jeune
                    mais enregistre abondamment  (Benny Goodman) : première approche avec le double coffret Master of jazz / Média 7 R2CD 8004,
                    puis si on aime continuer…


                    KENNY BURREL : Blue Note "Midnight Blue" CDP 7  46 399 2 (+ voir avec Jimmy Smith)


                    AL CASEY en trio un bijou à peine amplifié avec des cordes bien rodées (!) (ancien guitariste de Fats taller toujours en activité)
                    "Buck Jumpin" Prestige / Swingville SV 2007 (Original Jazz Classic désormais référencé OJC) catalogue Fantasy voir D. Bolatre


                    WES MONTGOMERY a enregistré des chefs d'œuvre mais est souvent médiocrement entouré,
                    l'écouter avec Jimmy Smith l'organiste :
                    "The dynamic duo" et "Further adventures of…" en Verve (différentes collections et prix)
Discographie

Les Chanteurs & les Chanteuses

                                                                                   


                                                                                                      Chanteurs et chanteuses



                    BESSIE SMITH : L'impératrice du blues morte en pleine gloire entre un hôpital  réservé aux blancs et un hôpital
                    interdit aux noirs = réédition intégrale en CBS / Sony Masterpieces doubles albums = tout est fastueux !



                    BILLIE HOLIDAY la lady day, l'alter ego de Lester Young bouleversante. Commencer par quelques album de l'intégrale
                    chez CBS / Sony Masterpieces (années trente/quarante) puis passer chez Verve pour une fin difficile, une voix cassée
                    mais un art déchirant.



                    ELLA FITZGERALD a débuté chez Chick Webb (Classics) et nous a charmés jusqu'au terme de sa vie… des centaines
                    de disques avec Louis Armstrong, avec Basie, avec Ellington, avec son trio (préférer avec Paul Smith ou Ellis Larkins
                    au piano), avec Bill Doggett, avec Wild Bill Davis …

                    Trois exemples de réussite totale :

                    "The Duke Ellington songbook" double Cd dont un avec l'orchestre du maître et un chef d'œuvre "Ella and Basie"
                    (le premier de leurs disques, enregistré en 1963, arrangé par Quincy Jones et paru sous le titre On the Sunny Side of the street)
                    chez  Verve avec Duke Ellington (1966 ?) à Antibes (paru sous le nom d'Ellington), une soirée où se retrouvent d'autres anciens
                    de l'orchestre : Ray Nance, Ben Webster, ambiance électrique et folie à tous les étages…



                    MAE BARNES chanteuse très méconnue qui a laissé un disque formidable accompagnée par un orchestre de rêve  (Buck
                    Clayton, Ray Bryant, Jo Jones…) : 's wonderful", Cd Swing / DRG records



                    Même chose pour une chanteuse méconnue qui a produit un disque d'anthologie : JUANITA HALL "sings Bessie Smith"
                    soutenue par un orchestre de gens comme Coleman Hawkins, Buster Bailey, Jimmy Crawford… origine Counter Point réédité
                    en Fresh Sound (FSR CD 68)



                    DINAH WASHINGTON "Evil gal blues" (TV mama), Back to the Blues ("the blue ain't nothin' but a woman" - Roulette / Vogue)



                    SISTER ROSETTA THARPE : une des grandes du Gospel avec le trio du  pianiste de boogie Sammy Price :
                    une réussite "Gospel Train" (MCA records)



                    JIMMY RUSHING le chanteur de Count Basie n'a fait que des bons disques mais trois sont particulièrement réussis chez Vanguard 
                    dans les années 50 avec Sammy price, Pete Johson, Marlowe Morris au piano ils sont regroupés en DEUX cds édités par la Fnac
                    (mais si) :" His Vanguard recordings" double Cd : WM 350/ Fnac music 662093)



                    JOE WILLIAMS a succédé à J. Rushing chez Basie, il a un grand disque à son actif enregistré dans la boîte que Basie possédait
                    à Broadway : "a night at Count Basie's" disque sans égal par l'ambiance détendue et la présence de deux musiciens fort peu
                    enregistrés mais que Basie admirait : Bobby Henderson et Marlowe Morris = un must réédité par la Fnac (bis)
                    Vanguard WMD WM 321/662 224



                    RAY CHARLES sous un aspect peu connu - à l'orgue avec un big band (Basie et/ou Quincy Jones) - "Genius + soul = jazz"
                    (origine Impulse) Dunhill D 2S 038, et un disque de la période Atlantic de1956) : le blues, l'église, écrasant ! (chercher
                    ce qui contient Greensback, Lonely Avenue, Sinner's prayer, on the other hand baby, in the evening, Rockhouse).







Discographie

Les Saxophonistes

                                                                                 


                                                                                                      Des géants du saxophone ténor



                    Le disque suivant permet de faire d'une pierre deux coups : LE maître avec son dauphin - rien à voir avec la pâle
                    copie/reconstitution du film d'Altman ("Kansas City") qui prétendait faire revivre les duels d'anthologie qui opposèrent
                    COLEMAN HAWKINS , BEN WEBSTER et LESTER YOUNG avec nos bien légers contemporains (des noms !!!) - :
 

                    "Coleman Hawkins encounters Ben Webster" ,  Verve 823120-2 … (on le trouve aussi en pressage vinyl audiophile)


                    Lester Young avec Teddy Wilson "Pres and Teddy" , Verve 831 270-2, un chef d'œuvre et superbement enregistré
                    (comme tous les Verve)


                    ILLINOIS JACQUET : Jean Battiste est plus subtil que pourraient le faire croire ses rôles de saxophoniste hurleur dans les séances
                    du JATP :  écoutez pour vous en convaincre ces quelques merveilles :
                    "The blues that's me"  (origine Prestige 7731, réédition OJC 614-2), "The soul explosion"  (Prestige 7629 = OJC 674-2),
                    "The King"  (Prestige 7597 = OJC 849-2)



                    Pour des compilations intelligentes qui permettent à peu de frais de se faire un beau petit lot de départ :
                    Lester Young  "jazz masters"  Verve  521 859-2 ;
                    Ben Webster  "Verve Jazz masters"  525431-2 ;
                    Coleman Hawkins en Masters of Jazz chez Média 7…


                    NB = Vous trouverez d'autres saxophonistes (Al Sears, Jimmy Forrest, Paul Gonsalves, Eddie Davis… dans d'autres rubriques
                    de cette disco qui décidément prend une dimension non prévue (prévoir un cargo pour gagner l'île déserte !)…








Discographie

Le Blues

                                                                           


                                                                            Pour le BLUES sans lequel le jazz ne serait pas le jazz…



                    Pour le BLUES, il y a tellement de rééditions que je me contente de vous conseiller presque sans aucune restriction les artistes
                    suivants (morts avant la dégénérescence du blues en pop-soul-word-acid et que sais-je encore) que vous trouverez sous mille
                    labels (Charly, Blues Encore, ou originaux : Chess, Capitol, Columbia…) LITTLE WALTER (ha), SONNY BOY WILLIAMSON
                    (ha) - notez qu'il y a deux artistes différents qui ont pris ce surnom, le premier est mort dans les années 40, le second
                    (= Rice Miller) a pris la relève avec bonheur - BIG BILL BROONZY (g), T.BONE WALKER (g), ELMORE JAMES (g),
                    HOWLIN' WOLF (g/ha), ROBERT JOHNSON (g), BIG MACEO( p), MEMPHIS SLIM (p),
                    LIGHTNIN' HOPKINS (g).

                    Avec des risques (mineurs) de dérive vers soul / rock/ sonos monstrueuses

                    la solution pour éviter cela = toujours préférer les enregistrements anciens, avant 1960 :   
                    MUDDY WATERS, JOHN LEE HOOKER,BUDDY GUY, JUNIOR WELLS

                    Dans un style particulier -beaucoup plus jazz et typique des blues shouters de Kansas City, ne manquez pas :

                    BIG JOE TURNER, EDDIE VINSON, WYNONE HARRIS, SONNY PARKER, HOT LIPS PAGE
                    qui ont enregistré avec des jazzmen et des meilleurs : Basie, Hampton et autres super formations.


ESSAI

"Music Store"




                                                                                                          Music Store



                    Enfin des disques en vrac qui n'encombrent pas les bacs des disquaires et qui sont TOUS autant de réussites dans le genre "plus"
                    qui souvent rincent l'oreille (prises de son Rudy Van Gelder pour tous les Prestige et Swingville, Gerhard Lehner pour
                    les Black and Blue, et pas de manchots chez Concord, Black lion, Verve…)


                  HAL SINGER - CHARLIE SHAVERS "Blue stompin", Prestige 7153 (OJC)

       
                  Les cinq disques de JEANNIE CHEATHAM and her Sweet Babies Blues Band
                  chez Concord Jazz (CDCJ 4248, 4297, 4321, 4373, 4690)


                  TINY GRIMES - J.C HIGGINBOTHAM "callin' the blues" Prestige PR 7144 (OJC)


                  JIMMY FORREST "Sit down and relax" et "Out of the Forrest" les deux en Prestige (OJC)


                  PAUL GONSALVES-EARL HINES, Cd Black Lion BLCD 760177 (si vous pouvez trouver le Lp : ne pas hésiter)


                  DOC CHEATHAM - HAROLD BAKER, "Shorty and Doc", Prestige / Swingville (SV 2021 (OJC)


                  BILLY STRAYHORN "cue for saxophone" (avec Johnny Hodges) Cd London, 820 604-2 (Decca)


                  ROY ELDRIDGE "dale's wail" avec Oscar Peterson (à l'orgue) et Jo Jones… Verve


                  "KINGS SWING TRUMPETS" Cd Verve 533263-2 (série "Verve take 2 = "3 LPs on 2 Cds") trois très bons disques
                    de HARRY EDISON-BUCK CLAYTON, HENRY  "RED" ALLEN, ROY ELDRIDGE : super !


                    Dans la même série, même qualité : BEN WEBSTER, JOHNNY HODGES, HARRY EDISON ("the soul of BW" : Verve 527475-2)
 

                  "MAINSTREAM JAZZ" "Blue Print" (formidable jam session arrangée par Andy Gibson avec solistes fous du genre Kenny Burrel,
                    Emmet Berry et surtout Paul Gonsalves, noter une rythmique de fer avec Jimmy Crawford et Milt Hinton) enregistrement
                    en trois pistes, 35m/m "Living Stereo" de chez RCA 74321 21832


                  BUDDY TATE-MILT BUCKNER "when I'm blue" Black and blue, BB 866-2 (ND 215)


                  BUCK CLAYTON-BUDDY TATE, "Buck and Buddy Blow the blues", Prestige / Swingville SV 2030 (OJC)


                  JOHNNY HODGES "Used to be Duke", Verve 849394-2

                  JOHNNY HODGES-WILD BILL DAVIS, Verve ("Compact Jazz") 839288-2


                  JIMMY SMITH "Plays the blues" Verve (Compact Jazz) 829537-2


                  THE GREAT ELLINGTON UNITS (1940) = petites formations de musiciens d'Ellington dirigées par Barney Bigard,
                    Johnny Hodges, Rex Stewart (des chefs d'œuvre en masse) RCA-BMG (Bluebirds) RC 120


                  EDDIE DAVIS-PAUL GONSALVES "Love call" RCA LSP 3882, BMG 74321, 25729-2 (ouf)


                  AL SEARS "Swing's the thing" Prestige-Swingville SV2018 (OJC)


                  ARNETT COBB (avec Buster Cooper) "Smooth Sailing", Prestige7184 (OJC)


                  JAY MC SHANN "Confessin' the blues" Black and Blue 867-2 écho d'une formidable tournée qui passa par Dijon en 1970
                    (Eddie Vinson et T. Bone Walker sont aussi de la fête)


                  EDDIE "CLEANHEAD" VINSON, "Kidney Stew", Black and Blue 878-2 (même séance)


                  EDDIE "LOCKJAW" DAVIS / HARRY "SWEETS" EDISON (quintet ténor/tp/rythmique de "pointures" : Black and Blue 883-2


                  CARRIE SMITH (superbe chanteuse à la voix grave et profonde, superbes accompagnateurs) "June nights", Black and Blue 197-2






Discographie

Good Old Classics




                                                                            Des classiques anciens, mais tellement bons…



                    IKE QUEBEC "1944-1946" Classics 957


                    JIMMIE NOONE "The quintessential" King Jazz (Danemark) KJ 152 FS


                    SIDNEY BECHET n'a pas joué que Petite fleur à l'Olympia…
                    Master of jazz 1940-1941 MJCD 12 & MusicMemoria 882442 et 882452


                    MEZZ MEZZROW "The quintessential" (1928-1953) King jazz KJ 123 FS
                    1928-1938 Milan Jazz 873 092  BM 720 et ses enregistrements en France en 1955 JazzTime n°32 (EMI France) PM516  ou 252712-2


                    DICKIE WELLS Classics 937


                    REX STEWART Classics 931


                    THE BIG CHALLENGE (Rex Stewart/ Cootie Williams) Fresh Sound FRSCD 77


                    THE BIG REUNION "Fletcher Henderson all stars in hi fi" (tous les géants qui ont joué dans l'orchestre
                    de fletcher Henderson se retrouvent fin des années cinquante et enregistrent en hifi avec une pêche
                    terrifiante) : Fresh Sound FRSCD 44


                    PETE JOHNSON  Classics 933


                    "KANSAS CITY FIVE, SIX & SEVEN"  Classics 912




Discographie

Coups de Coeur

                                                       
                                                                     

                                                          pour quelques disques ou musiciens qui ne hantent pas les rayons des
                                                                    supermarchés de la culture, mais gagnent à être connus…
 
 

                        The KEITH INGHAM - HARRY ALLEN Quintet
                              A celebration of BillyStrayhorn music

              Vol 1 "My little brownbook" / Vol.2 "The intimacy of the blues"
                              Deux Cd Progressive = PCD7101 et 7102

                    J'entends encore Oliver Jackson me présenter Harry Allen à son premier voyage en Europe avec un clin d'œil gourmand
              par une belle soirée de 1990: " Ben Webster ! "…
              Depuis, le jeune protégé d'Oliver a fait son chemin. Sa dernière production prouve que son  mentor avait bien senti le
              potentiel d'un jeune homme de 22 ans qui a grandi, mûri et dont le jeu a gagné en densité et inspiration…au point
              de devenir réellement impressionnant. Ces deux Cds qui présentent des solos, duos, trios et quintets enregistrés en
              compagnie de l'excellent Keith Ingham au piano et d'une solide rythmique -dont Chuck Riggs impérial à la batterie- sont de
              très grande qualité. Tout en célébrant dans UN somptueux hommage la musique de Billy Strayhorn,ils montrent qu'il existe
              encore aux USA des gens qui savent ce que swinguer veut dire.

                    On appréciera en particulier les blues et ballades si originaux de Billy Strayhorn,  aux thèmes denses et drus où Harry Allen
              joue avec une intensité, un son, un déboulé qui évoquent certes Ben Webster,mais plus encore Harold Ashby voire Paul Gonsalves :
              excusez du peu !

              Des Cds qu'on ne se lasse pas d'écouter et de réécouter et qui ne sont pas sans évoquer quelques belles séances d'Ellingtoniens :
              un sentiment que partage manifestement Stanley Dance qui a rédigé un texte d'accompagnement toujours aussi éclairé.


                        GENE HARRIS

                    Quel pianiste nous a donné autant de swing et de blues que Gene Harris depuis son retour sur la scène du jazz depuis 1985 ?
              Dans une abondante production (ce dont personne ne se plaindra vu l'incroyable qualité de chaque enregistrement), la plupart
              du temps avec ses deux complices Ray Brown et Jeff Hamilton, on recommandera notamment :

                    1. Les disques en trio sans aucun déchet : bluesy, groovy et constamment swingante, la musique est du jazz 100%
              de haute qualité :

              "The Ray Brown trio featuring Gene Harris / the soular energy" (Concord, CCD 4268)

              "The Ray Brown trio / bothered hot" (Concord CCD 4315)
       
              "The Ray Brown trio / Bambam bam at Fujitsu Concord Festival in Japan" (Concord CCD 4375)
     
              "The Ray Brown trio live at the LOA / Summer wind" (Concord CCD 4426)


                    et s'il fallait n'en acheter qu'un :

       
              "Ray Brown trio, Black Orpheus"  (CD Evidence Music, ECD 22 076-2)


                    2. En solo :

              "At Maybeck" , (volume 23),Cd Concord CCD 4536


                    3. En quartet (avec Ron Eschette guitariste groovy à souhait) :

              "The Gene Harris Quartet / listen here" (concord CCD 4385)

              "The Gene Harris quartet at the Sainte Chapelle Winery" (Concord, CCD 4578)


                    4. Avec souffleur(s) :

              "The Gene Harris trio plus one" (le "one" = Stanley Turrentine) (Concord CCD 4303)

              "The Gene Harris-Scott Hamilton quintet : at last" (Concord, CCD 4434)



                          DADO MORONI
 
                        Dans un genre totalement différent, j'ai envie de dire ici tout le bien que je pense d'un pianiste largement ignoré ou
                mésestimé par les "amateurs de jazz" (mais pas par les musiciens parlez-en à Jimmy Woode ou Ray Brown qui en connaissent
              finalement passablement autant que certains des amateurs susnommés) et de faire partager le plaisir que j'ai éprouvé à l'écoute
              de disques qui ont pu échapper à la perspicacité de chacun parce que, n'est-ce pas, un pianiste italien, dans une production
              pléthorique et encombrée de tant de choses inutiles, cela peut ne pas accrocher le regard…
              Je veux parler de Dado Moroni"With Duke in Mind", Jazz Connaisseur, JCCD 9415-2).

                    Johnny Simmen à qui je dois (nous devons) tant de découvertes (qui aurait pu attirer      notre attention sur John Coliani ?)
              m'avait certes prévenu...mais de là à imaginer la beauté et l'émotion qui se dégagent de ces enregistrements (que nous devons,
              et ce n'est certainement pas un hasard, à MONSIEUR Jörg Koran qui est loin d'être un "amateur" en terme de
              jazz et notamment de piano si j'en juge par la qualité moyenne de sa production)…

                    Ce CD a été enregistré (comme ceux de Louis Mazetier et Ray Bryant, même éditeur…) dans l'acoustique somptueuse de
              l'Alte Kirche de Boswil, sur un superbe Steinway. La musique est une lecture originale de Duke Ellington qui intrigue et force l'attention,
              c'est aussi du piano solo de classe et la qualité sonore (piano ET prise de son) en fait un régal pour les oreilles -un peu comme le petit
              Jésus habillé d'une drôle de façon et dont parlent les dames entre elles- ce qui ne gâte rien… Ceci dit, soyons clair, ce n'est pas du
              tout du genre échevelé et tout pour le swing que nous apprécions aussi les uns et les autres…C'est une musique qui se savoure et
              s'apprécie pour d'autres raisons et dans un autre contexte... mais qui n'est pas étrangère à l'idiome que nous aimons.

                    PS : Si vous avez aimé ce disque, vous pourrez passer à un 2e Cd, enregistré le même jour d'avril 1994 -"The way I am",
              Jazz Connaisseur JCCD 9518-2- qui contient de bien belles choses aussi…




                    "It takes two to tango" et j' ajouterais bien "…three for a trio"…



                        ISRAEL CROSBY

                    La chronique d'un Cd de rééditions d'enregistrements de la grande époque du trio d'Ahmad Jamal dans Jazz Classique de janvier,
              les remarques de G.C., m'ont donné envie de revenir sur le sujet.

                    Certes le talent d' Israel Crosby est immense : il est un des rares bassistes à avoir constamment un son propre et musical.
              Quel que soit le tempo, il joue toujours juste (rythmiquement et mélodiquement) : écoutez et comptez. Les bassistes dans ce cas
              ne sont pas légion et cela seul place I.Crosby aux côtés d'Oscar Pettiford et de Jimmy Blanton au Panthéon des bassistes :
              pas moins. Par ailleurs, Ahmad Jamal, qui le prit avec lui dans son trio de 1955 à 1962, lui laisse DEe telles "fenêtres" qu'on
              profite continûment de sa classe unique…
              D'ailleurs il suffit de comparer le trio Jamal avant et après l'arrivée d' Israel Crosby (qui remplaça Eddie Calhoun) pour comprendre
              son apport…

                    Ceci dit, il suffit également de compare le trio Jamal (même avec Israel Crosby) avant et après l'arrivée de Vernel Fournier
              (qui remplace le guitariste Ray Crawford) pour comprendre que le miraculeux équilibre DU trio Jamal qui va dévaster le genre du trio
              piano, basse, batterie et lui donner un son qu'on n'avait jamais entendu (la révolution est là et elle ne rompt pas du tout avec le
              swing contrairement à d'autres) tient bien à la miraculeuse réunion de TROIS talents : Ahmad Jamal, Israel Crosby ET le 3e homme,
              Vernel Fournier, un batteur au talent unique que j'aurais aimé que l'on n'oubliât pas au chapitre des superlatifs dans la chronique
              précitée…

                    Quels que soient le talent d'Ahmad Jamal et de ses accompagnateurs postérieurs, JAMAIS son trio n'a retrouvé ce SON,
              cette émotion, cette mise en place miraculeuse, mais aussi ce drive, cette dynamique, cette folie rythmique et ce SWING
              qui en font un moment unique et un sommet de l'histoire du jazz avec lequel même le trio Bill Evans, Paul Motian, Scott La Faro
              (pas des manchots dans la mise en place et la musicalité) ne peut rivaliser (notamment pour le swing).

                    Quand Ahmad Jamal décida (j'ignore pour quelles raisons) de se séparer, au printemps 1962, de ces deux accompagnateurs, ils ne
              restèrent pas au chômage ! George Shearing qui avait découvert Israel Crosby avant-  guerre, dans Blues for Israel du big band de
              Gene Krupa édité sur un disque Decca anglais, les embaucha immédiatement. Le trio ainsi constitué enregistra les 20 et 21 juin 1962
              au Basin Street East de New York pour Capitol (série Full dimensional stereo) un LP que je vous invite vivement à chercher :
              Jazz Moments (Capitol STF 1827).
              La pochette signale qu'il s'agit là du dernier enregistrement du regretté Israel Crosby qui au début du mois d'août abandonna le quintet
              en tournée sur les campus universitaires pour retourner chez lui à Chicago subir des examens car il souffrait de maux de têtes et
              d' éblouissements. Après avoir prévenu George Shearing que tout allait bien et qu'il allait reprendre sa place, le 11 août 1962,
              à l'âge de 43 ans, Israel Crosby décédait d'une attaque cérébrale.

                    Georges Shearing n'a sans doute pas enregistré de meilleur disque, mais ceux qui font le disque sont bien évidemment ses DEUX
              partenaires très bien enregistrés ce qui permet de jouir à plein des basses rondes de Crosby et des subtilités du jeu de balais d'un
              batteur que le pianiste anglais sollicite beaucoup et pas toujours dans des conditions épanouissantes (mesures du style 9/4)…
              Mais évidemment Shearing n'est pas Jamal et, de même que Jamal sans ses deux lascars n'était pas ou ne sera plus jamais tout à fait
              Jamal, le trio Shearing, même avec les deux rythmiciens et complices de Jamal, n'arrive pas aux altitudes de ce dernier. 



                        Attention : un pianiste anglais aveugle peut en cacher un autre…



                        EDDIE THOMPSON

                    En parlant de George Shearing, il me revient en mémoire les propos échangés avec Junior Mance pendant la dizaine de jours
              que j'ai passée en sa compagnie à l'occasion d'une tournée que je lui avais organisée. Tout en écoutant le trio de Clarence Profit
              qu'il connaissait mal et découvrait avec bonheur, nous devisions en sirotant quelques produits naturels et la conversation vint à
              rouler sur quelques uns de ses collègues célèbres, sur le succès et ses aléas ou injustices (il évoquait notamment un pianiste
              français que je taierai). Le nom de George Shearing fut prononcé. Junior me dit alors tout le bien qu'il pensait d'un autre pianiste
              aveugle anglais faisant partie carrière aux USA, mais beaucoup moins connu que GS quoique très supérieur du point de vue
              du jazz et du swing à son avis et à celui de tous les musiciens :Eddie Thompson.
              J'avais découvert par hasard à la Grande parade du jazz de Nice ce géant barbu aux cheveux gris que son épouse conduisait d'une
              main sûre de scène en scène et que les musiciens américains (Buddy Tate, Clark Terry, Jimmy Witherspoon…) invitaient à
              jouer avec eux.
              Depuis cette époque, je cherche et je rafle tous les enregistrements de cet extraordinaire, subtile, festif et jubilatoire musicien
              trop tôt disparu et j'en veux aux revues "spécialisées" françaises (celles qui annoncent "tout sur le jazz" et les autres) de ne m'avoir
              jamais fait savoir que de l'autre côté de la Manche, vivait un pianiste de ce niveau.

                    Si vous voulez découvrir l'art d 'Eddie Thompson, essayez de trouver le LP enregistré par Hans-Georg Brunner-Schwer
              pour sa marque MPS sur cet incomparable piano qu'il utilise pour toute la série d'enregistrements d'Oscar Peterson qu'il
              a produite : 
              "exclusively for my friends". Monsieur H-G Brunner- Schwer est incidemment le producteur du "Play Chords" de Milton Buckner,
              Jimmy Woode, Jo Jones : un des meilleurs disques en trio enregistrés de l'histoire du jazz ; c'est dire qu'il connaît assez bien
              la question.
              Donc en 1970 sur les conseils de l'ami Siegfried Mohr qui a entendu Eddie Thompson aux USA et aussitôt envoyé une cassette
              en Forêt Noire, une séance fut organisée à Villingen avec le trio régulier du pianiste (Tony Archer à la basse et Terry Jenkins drums).
              Tous les morceaux sont des premières prises, deux solos (Spring is here et Jitterbug's walz), un blues lent somptueux (One Mohr
              time dédié à l'initiateur de la rencontre) et des titres que les musiciens développent aussi longtemps qu'ils le souhaitent (un Tea
              for two dure plus de 9 minutes) :
              le tout forme un LP que je souhaite à chaque lecteur de JC de découvrir dans sa chasse au trésor :
              "Out of Sight" ou "Piano Mood" (MPS ou Decca 20870 ou BAP 5044. Le titre "out of sight" dont le double sens n'échappera
              à personne pour un disque enregistré par un aveugle, fut donné et voulu par Eddie Thompson.             
              Assez curieusement, le disque fut édité sous le titre Piano mood ("un titre de rien(euphémisation) si on peut appeler ça un titre" écrit-il).
 
 
                        Et pour finir un autre trio



                        THE INTERNATIONAL TRIO

                    Cd "New Orleans Jazz Productions" NOJP Cd2, composé de Reimer von Essen (clarinet et alto), Trevor Richards (dms) et
              Ralph Sutton soi-même. Alternant solos, duos et trios dans le style des disques de Jelly Roll Morton, Art Hodes, Albert Nicholas,
              Jimmie Noone ou Benny Goodman, ce Cd enregistré de façon très réaliste (attention à la grosse caisse, vos boomers vont s'affoler)
              au château de Weikersheim, en avril 1995, va vous emballer. L'International trio a été créé en 1981 par Art Hodes pour perpétuer
              les trios anche/piano/batterie genre initié par le trio Jelly Roll Morton, Omer Simeon, Zutty Singleton.

                    Depuis 1981, chaque année, une série de concerts permet aux amateurs allemands de déguster cet art un peu oublié. Art Hodes
              a lui-même choisi Ralph Sutton pour lui succéder et quelles qu'aient pu être ses qualités, ce remplacement a propulsé
              ce trio aux sommets.
              En témoigne cet enregistrement qui vous permettra de découvrir, si ce n'est déjà fait, le talent de Reimer von Essen, le leader du
              BarrelHouse Jazz Band dont je vous ai vanté les mérites dans un précédent JC, et le drumming impressionnant de Trevor Richards,
              batteur anglais dans la lignée Zutty (dont il fut l'élève) / Baby Dodds et qui joue la propre batterie de Zutty. Je ne dirai rien de la
              classe écrasante de Ralph Sutton, qui démontre sur un grandiose Bösendorfer qu'il est toujours l'"excellent pianiste de race blanche"
              que signalait avec ce style inimitable, la discographie critique de Hugues Panassié qui, faites le compte, n'en citait pas beaucoup…
              des musiciens de race blanche !
 
 
                    Je ne ferai pas l'insulte aux lecteurs de ces pages web de leur rappeler quel bon saxophoniste et arrangeur fut Bobby Smith.
              Ils savent qu'après avoir fait les beaux jours des légendaires Original Sunset Royal Serenaders, il rejoignit, en dépit des
              sollicitations de Jimmy Lunceford et Duke Ellington, l'orchestre de Erskine Hawkins en 1944 et y resta jusqu'à sa dissolution
              définitive en 1960. Un peu comme le faisait Duke Ellington, Erskine Hawkins, laissa toujours ses musiciens enregistrer
              à leur guise. Se regroupant par affinités électives, Bobby Smith, Ace Harris, Julian Dash… enregistrèrent de nombreuses faces
              toutes marquées par le blues et caractérisées par ce "bounce" si particulier de musiciens jouant en permanence au Savoy
              pour les meilleurs et les plus exigeants des danseurs…

                    Ce sont des faces enregistrées de 1949 à 1954 par ces petits groupements qu'a rééditées Delmark en 1996 sur un Cd
              qui a pu vous échapper sur les rayons de votre supermarché : Bobby Smith with the Erskine Hawkins alumni, "That's for sure",
              Delmark
              Apollo series, 484 et dont je me permets de vous recommander chaleureusement l'acquisition si    vous ne possèdez pas ces
              faces en LP ou 78t.

                    Pas de chefs-d'œuvre, mais que du bon : le jazz tel qu'on voudrait l'entendre plus souvent, le faire découvrir et aimer, sans déchet,
              des tempo idéaux jamais trop rapides ou trop lents, des thèmes chantants, des riffs dansants, des arrangements simples mais pleins
              de swing et de qualité pour des versions forcément différentes de Tippin'in, After hours ou des originaux qui permettent d'écouter
              longuement l'alto chantant de Bobby Smith, le ténor tour à tour âpre, nonchalant et impétieux de Julian Dash, le piano plein de blues
              de Ace harris, le baryton ou la clarinette de Haywood Henry… Le Savoy Ballroom chez vous en toute simplicité et toute décontraction…



                        HENRI CHAIX

                    Tout amateur de jazz digne de ce nom, connaît, apprécie et respecte cet immense jazzman que fut Henri Chaix. Tout amateur
              de jazz connaît et apprécie sans modération les trop rares disques enregistrés par Henri Chaix et son orchestre souvent en
              compagnie de très grands comme Buck Clayton, Ben Webster, Albert Nicholas, Lucien Barbarin, Doc Cheatham, Bill Coleman,
              Benny Carter …
              Le plus extraordinaire de tous étant sans doute celui avec Rex Stewart enregistré en Suisse en 1966 qui DOIT figurer dans toute
              discothèque digne de ce nom : un disque qu'on ne se lasse pas d'écouter pour Rex Stewart bien sûr, sa trompette, ses compositions
              et ses arrangements, mais aussi pour cet incroyable orchestre qui l'accompagne et dont on parierait à l'écoute que ses musiciens sont
              plutôt de Harlem que de Genève…  Comme la plupart des autres disques évoqués, celui-ci a été édité par SACKVILLE
              =  "Rex Stewart & The Henri Chaix Orchestra Baden 1966 and Montreux 1971", CD Sackville (Canada) SKCD2-2061.

                    Le bassiste de ce formidable orchestre, Isla Eckinger- est également, mais on le sait peu, tromboniste et vibraphoniste, en même
              temps qu'un arrangeur de talent.
              C'est tout naturellement qu'avec quelques uns de ses collègues (Henri Chaix au piano, Alain Du Bois à la contrebasse, Peter Schmidli
              à la guitare et Andy Scherrer au ténor) il a monté un orchestre sans batterie au son inimitable hélas assez vite disparu mais
              qui illumina le début des années quatre-vingts et les quelques festivals où il se produisit : Montreux, Detroit, Marciac…

                    Sous le nom de Hot Mallets, cet orchestre de cinq musiciens, dans lequel le chef et arrangeur joue du trombone et du vibraphone,
              ne craignait point de s'attaquer à un répertoire insolite et difficile comme des thèmes marqués à tout jamais par leurs illustrissimes
              créateurs ou interprètes (Tickle toe, Such sweet thunder (oui le thème shakespearien de Duke ellington ! Une gageure à CINQ
              musiciens !  Lay by, Bean and the boys, Stardust…)

                    C'est ce formidable orchestre plein de swing, au son par ailleurs original et inhabituel que je vous invite à découvrir ou
              retrouver sur deux Cds récents, mais assez difficiles à trouver faute de distributeur bien identifié en France.
              Le premier, que nous devons au travail inlassable de Arild Wideroe, l'infatigable promoteur de "Jazz in der Aula" à Baden (en Suisse) et
              qui nous dispense chez Sackville quelques uns de ses trésors, est une réédition d'un LP Philips (Suisse) enregistré dans ce temple du
              swing que fut le Widder Bar de Zurich, les 10 et 11 novembre 1983 : l'orchestre y est à son maximum dès le Lay by qui ouvre la
              soirée, l'enregistrement et le public ne concourent pas peu à la réussite du tout. Trois inédits provenant d'enregistrements pour la radio
              en septembre 1984 et mars 1981, justifieront un nouvel achat si votre LP est -comme le mien- usé par les multiples écoutes qu'il mérite
              = JHM 3610 (JHM Records Switzerland 3610, PO box 458, CH-8501 Frauenfeld).
              Si vous avez aimé ce disque (ce dont je ne saurais douter un instant), un autre CD (Bell  Audiophile Records, d'origine allemande),
              enregistré en studio en décembre 1982 sera un complément apprécié : dégustez le tempo idéal sur lequel démarre Detroit blues
              qui ouvre la séance : BLR 84030.



                        PHINEAS NEWBORN

                    On commence à parler et à trouver des Cds du pianiste Phineas NEWBORN et c'est pas  dommage !
                    (ils ont même des étoiles dans Jazzman : c'est dire ! Marmande et Contat vont bientôt le découvrir : à vos Télérama !!!)
              S'il est vrai que sa carrière et sa production phonographique ont été irrégulières, il n'en a pas moins été, dès les années cinquante,
              un des meilleurs pianistes modernes, plein de swing et d'invention, dont le style très personnel et original, ce qui le rend
              immédiatement identifiable, est toujours très jazz, axé sur le swing, avec un sens insurpassable du blues dont il est sans doute un
              des meilleurs interprètes. A l'égal de ses exacts contemporains Ahmad JAMAL ou Ray BRYANT, Phineas NEWBORN représente une
              des facettes les plus attrayantes du jazz  "moderne", celui qui, avec des formes nouvelles, maintenait la pérennité d'une musique
              qui n'avait cessé de se renouveler mais gardait la même syntaxe et les mêmes bases : le blues, le swing.

                    Le cas de Phineas NEWBORN a ceci de particulier que son style, fondé sur une technique transcendante du piano, a créé un
              malentendu. Les amateurs de bop la prirent d'abord pour un nouveau Bud Powell et ils ont été déçus car jamais Phineas NEWBORN n'a
              réellement été un pianiste be-bop : un jeu de main gauche régulier et plein, la continuité du tempo, la recherche systématique du
              swing, son goût immodéré pour le blues font qu'il n'a jamais été adulé ou encensé par les défenseurs déçus du be bop "pur et dur",
              mais des expériences malheureuses, la réputation de ses débuts, ont fait que les amateurs de swing faute de l'écouter, sont passés à
              côté de bien belles surprises.

                    La maladie, des séjours prolongés dans des hôpitaux, une carrière à éclipse ont fait le reste.

                    Phineas NEWBORN naquit le 14 décembre 1931 (on trouve parfois 1932) à Whiteville, près de MEMPHIS, la capitale du Tennessee.
              Son enfance va être baignée par la musique puisque son père est batteur et dirige un petit orchestre, sa mère est pianiste. Dès six ans
              le jeune enfant se passionne pour le piano et, encouragé par ses parents, fait des études musicales approfondies (harmonie,
              composition, divers instruments, dont la trompette). L'environnement familial est décidément favorable puisque son frère, Calvin,
              deviendra lui aussi musicien professionnel (guitariste). Il faut dire que le contexte de Memphis, une des capitales du blues, joue
              lui aussi un grand rôle et, très jeune, Phineas joue dans divers petits orchestres de la ville. Adolescent, il joue même quelques temps
              avec BB KING. Diplômé de musique de l'Université du Tennessee en 1950, il part en tournée avec l'orchestre de Lionel HAMPTON,
              puis à l'armée, en 1953 (où il apprend le saxophone). Après l'armée il joue presque un an dans l'orchestre de son père (1955),
              son frère sur le modèle lancé par Art Tatum, Clarence Profit et repris par Nat Cole, Ahmad Jamal, Oscar Peterson et le jeune
              Ray Charles : piano, guitare, contrebasse.

                    C'est Count BASIE enthousiasmé par son jeu, et qui l'a découvert dès 1952, qui sut convaincre John Hammond de faire enregistrer
              son premier disque à Phineas NEWBORN, ce qui fut fait, par Atlantic, en 1956, avec Oscar PETTIFORD et Kenny CLARKE. RCA signa
              un contrat avec lui en octobre 1956 et quatre albums furent enregistrés. Déjà sa technique extraordinaire et ses
              problèmes personnels de communication firent dire de lui qu'il était un pur technicien, mais que son jeu manquait d'âme et de
              sensibilité ! RCA mit fin au contrat et ce fut Roulette qui prit la relève. Dans ces années 1958/1960, PH. NEWBORN joua avec
              Charlie MINGUS (musique du film de John CASSAVETES, Shadows), vint en Europe, et enregistra de beaux albums pour Roulette.

                    Début 1961 il s'installe en Californie et enregistre deux albums pour Contemporary avec Howard Mc Ghee, grâce à Mc Ghee,
              Phineas passe sous contrat avec Contemporary et enregistre quatre lps qui comptent parmi ses meilleurs.
              Malheureusement ses problèmes lui valent d'être interné pour de longs séjours au Camarillo State Sanatorium et sa carrière
              en pâtit. On le trouve, entre deux internements, en trio dans la région de Los Angeles et, en 1966 il retourne à Memphis où il
              plonge dans l'obscurité. C'est là qu'en 1975 Atlantic vient l'enregistrer en solo (album un peu décevant, la technique y cache
              l'émotion), puis en 1976, l'amitié fidèle de Ray BROWN lui permet d'enregistrer le très bon album Pablo ("Look out, Phineas
              is back !")  Malheureusement le come back a fait long feu et l'état de santé de Phineas NEWBORN, les neuroleptiques, rendent
              très aléatoire sa carrière et décevante ses dernières prestations.

                    Il nous reste des disques et je ne saurais trop chaleureusement vous recommander ceux qui suivent.

                    Atlantic a réédité le premier disque de Phineas NEWBORN :
              "The piano artistry of PN", enregistré en trio (Oscar Pettiford et K.Clarke, plus un titre  avec Calvin Newborn) en mai 1956 (Atlantic
              Jazzlore, WE 331 en France, sinon 790 534-1, à l'origine SD 1235), ne pas manquer  "Newport blues", chronologiquement le premier
              formidable piano solo sur le blues enregistré par PN.

                    En Vogue : "Newborn piano" , Jazzdoubles - VJD 561, réédition de deux des albums Roulette de 1959 : "piano portraits"
              et "I love a piano", en trio avec John Simmons et Roy Haynes. Quelques chefs d'oeuvres : "blues theme for left hand only",
              "chelsea bridge", "golden earrings", "I can't get started", "sweet an' lovely", "Ivy league blues", "gee baby ain't I good to you",
              "I've got the world on a string"...  à ma connaissance pas de réédition CD, mais cela a pu m'échapper…

                    En "New jazz 8210" tiré du catalogue Prestige, sans date d'enregistrement, mais vraisemblablement 1959/60, sous le nom
              de Roy HAYNES, un disque intitulé  "We three" , qui est en fait le trio de Ph. N. (avec Paul Chambers) et qui contient un After hours
              de plus de dix minutes, et d'autres bonnes choses : "our delight, sneakin' around, sugar ray". Un disque à l'atmosphère très "blues"
              comme beaucoup de Prestige de l'époque.

                    Enfin en Contemporary (catalogue Fantasy, cds facilement trouvables chez tout disquaire digne de ce nom) : "New blues"
              (Contemporary 57 611)
              enregistré en 1962 avec Leroy Vinnegar et Milt Turner, ou Sam Jones et louis Hayes, le morceau qui a donné son titre à l'album est un   
              chef d'oeuvre, au même titre que "Theme for Basie", et "Please send me someone to love" (Contemporary 57 622) enregistré en 1969
              avec Ray Brown et ... Elvin Jones : tout y est bon, notamment "please send me", mais aussi "black coffee".
              En revanche, un 2e disque par le même trio, est décevant…


Discographie Musiciens


Copyright © 2006-2014. Tous droits réservés.



Conception - F. Lalubin &  J.M. Berlière   

Contact  :  Utilisez le Formulaire de la Rubrique "Contact"
    samedi 5 juillet 2014